J’écris ma Vie vous convie au jardin!

de "La Route des Gerbes d'Angelica" 

 

Voici les textes inspirés par la visite des jardins.

Tous les textes présentés dans cette rubrique ont été composés la journée même de l'activité, par des groupes formés au hasard.

Les compositions collectives vous sont présentées dans leur forme originale. 

 

 

S.V.P. 

Dérouler jusqu'en bas pour lire le dernier texte publié.

Le Jardin d’accueil

 

Angélica nous accueille sous son regard bienveillant.

 

Qu’as-tu à nous dire Angélica?

Que cachent les couleurs de ta robe?

Parles-tu fleurs, terre, territoire?

J’appendrai, à te connaître, avec toute ta sagesse et les bienfaits qu’on dit de toi.

 

Les bienfaits: les vertus de ces herbes qui enchantent, qui guérissent, qui parfument, qui décorent nos vies.

Je te trouve également dans la rosée qui recouvre les feuilles que le soleil de septembre va sécher et rendre odorante.

 

À ton contact, ma belle, j’ai hâte de parcourir ton jardin intérieur. J’ai soif de tes couleurs, de ta chaleur, de ton énergie. Mais qui es-tu réellement?

 

« Je suis tout. Je suis la terre. Je suis le ciel. Je suis la mère.

Je suis, celle qui voit, celle qui ressent et celle qui garde les secrets cachés. »

 

Ici et là, tes jardins se révèlent. Nourris par ces femmes, ces hommes; artistes, créateurs, recycleurs passionnés. Avec l’aide du jardinier, ils t’enveloppent de mystères, nous invites, à mieux t’observer.

Et pique notre curiosité!

 

Merci, à ces retraités passionnés qui ont construit ce lieu d’accueil fleuri et qui ont cru en ce projet fou!

 

Nous, visiteurs d’un jour, savourons leur folie, en déambulant dans les sentiers.

Grâce à cette folie, nous découvrons la beauté des fleurs, la richesse des arbres…

Notre propre richesse, parfois oubliée,  perdue même, dans notre monde actif.

Ton compagnon, le chien Doberman nous accueille. Il fait partie de toi . Il est attachant et nous laisse libres de circuler dans tes jardins.

 

Angélica, tes chemins fous nous réjouissent!

Avec tes histoires et la féérie de tes lumières, qui nous mène à l’alcôve ultime et qui guide nos pas.

Ici, la joie est dans tout, il suffit de l’en extraire!

 

 

   Texte collectif écrit le 9 septembre 2107 :

                           Jacinthe Duval, St-Calixte

                           Denise Cloutier, Ste-Julienne

                           Gaétane Lauzon, Bromont

                           Josée St-Pierre, Bedford

Texte lu par Gaétane Lauzon.

Denise Cloutier, Gaétane Lauzon, Josée St-Pierre et Jacinthe Duval

Photo du jardin d'accueil et de madame Paulette Turcotte de Laval. Les photos de cette page sont de Paulette Turcotte.

Texte lu par Normand Prégent

Le Jardin campagnard.

 

Le jardin campagnard, d’une simplicité bucolique, réchauffe le cœur de ses couleurs soleil.

Telles les couleurs d’une grande toile qui se prolongent jusqu’au seuil de l’hiver dans un orangé dilué.

 

Ainsi, la maison sous les arbres à l’image de mon cœur se berce sous le vert feuillage de la tendresse de mes jeunes années. Le temps passe, et le vent souffle les odeurs de mon enfance; les grandes herbes et les graminées sèment les souvenirs de cette époque bénie.

 

Malgré cette beauté certaine, me vient au cœur, un élan de nostalgie revivant les randonnées heureuses dans les champs de tabac de mes grands-parents paternels.

Le citadin que je suis, rêve de se promener l’âme légère pour jouir de la liberté au gré des humeurs de la nature.

Campagne aux milles couleurs, aux milles saveurs : vibrante de sève, tel un sang nourrissant fleurs et légumes qui à son tour nourrit l’humain que nous sommes.

 

La campagne c’est la mémoire des ancêtres dont nous sommes redevables. Les germes de ces souvenirs nous permettent de créer nos jardins de banlieue; ce qui nous enseigne que dans la vie, on ne perd jamais.

On gagne et on apprend à utiliser le savoir accumulé pour le bien-être de l’humanité.

 Si nos propos semblent venus d’ailleurs, soyez indulgents.

Ils veulent dire qu’aujourd’hui ne veut pas finir…

 

Texte de :

Normand Prégent

Monique Sourdif

Johanne Brouillette

Ida Carrière

Josette L.Giroux

***Nous n'avons pas la photo du groupe qui a écrit se beau texte...dommage.

Le jardin des oiseaux

 

Si j’étais un oiseau, je serais un oiseau-mouche et j’aimerais habiter ce lieu. Quel lieu magnifiquement bien organisé!

 

 L’olivier de Bohème si voluptueux, et les magnifiques Phlox roses. Quel enchantement!

 

Trop tard avant midi, trop tôt avant la fin de la journée, je ne t’ai pas entendu chanter, mon cardinal préféré…

 

Dans le jardin des oiseaux, il y a de belles fleurs, mais aussi de belles sculptures. Moi, l’oiseau que j’aime, c’est le Geai bleu.

Puis, l’odeur, les couleurs des petits fruits m’attirent constamment.

Et que dire des fleurs rouges, mes préférées!

 

Toutefois, cette graminée aux fleurs d’automne d’un rose cuivré, la « Hudson Sunrise » m’attire beaucoup aussi. C’est tellement un bel endroit, tous ces jardins avec tous leurs noms thématiques…

 

J’y passe des heures, je flâne, je vole, je mange. Le temps y passe trop rapidement. Faut dire qu’étant un oiseau-mouche, je suis petit et je bats des ailes constamment, pressé de visiter les abreuvoirs dans ce jardin.

 

Ce qui rend pour moi ces jardins, ces « oiseaux du paradis » si fascinants, c’est la motivation et la passion de ceux et celles qui les ont créés…

J’aimerais méditer dans mon jardin des oiseaux; on y retrouve le calme et la sérénité. La beauté et la lumière, l’air pur et le parfum des fleurs.

Par moments, les visiteurs s’exclament par la beauté de mon jardin. Parfois, on me remarque et je les divertis par mes envolées inattendues.

 

La sculpture du géant manque de replis, il me semble. Mais, ce bain d’oiseau en terre soufflé tout près des échinacées rose violacé va me servir pour quelques minutes de repos.

Il est vrai que la beauté sous toutes ses formes nourrit, élève le cœur et l’esprit; elle stimule tous les sens et développe l’imaginaire…

 

En haut, perché sur la plus haute branche, mon cardinal chantait enfin, puis venait frôler les échinacées qui poussaient autour du bassin d’eau. Le calme était revenu et je me reposais enfin!

 

Que d’émerveillement! Voir ces belles sculptures dans le jardin des oiseaux et aussi les bains d’oiseaux. Devant l’arbre géant qui avait expiré, mais qu’on avait décoré devant la mangeoire.

 

Texte composé collectivement par :

Marie Lopion (Montréal)

Jeanne Gagné (Dunham)

Michelle Urlon (Cowansville)

Richard Barrette (Boisbriand)

Francine Champagne (Birgham)

 

Le texte du groupe "Le jardin des oiseaux a été lu par Michelle Urlon.

Nous n'avons malheureusement pas de photo du groupe.

Jardin contemporain.

                                                                                                                                                          Texte lu par Claude Neveu

 

Au son de grands classiques, nous entrons dans cet écrin de l’art contemporain.

J’y retrouve l’équilibre, la stabilité qui sont des valeurs importantes dans ma vie.

Ce jardin me parle sans le moindre doute.

Épuré, il me ramène rapidement à l’essentiel.

Équilibre constant!

Même les contrastes se marient parfaitement. L’on y ressent un confort qui nous remet en harmonie avec soi.

 

J’y sens une simplicité dans les formes des arbustes sculptées avec des tons extrêmement multiples.

Ceci me porte à rechercher l’équilibre et l’harmonie. L’harmonie qui a la même solidité que la nature que ce jardin nous inspire.

 

Les canons silencieux regardent vers le ciel et m’incitent à prier pour la paix dans le monde et surtout pour la paix en moi-même. Cela me dit également à quel point la nature m’inspire la paix et la vivacité. Cette nature quelle que soit la forme dans laquelle elle se présente me nourrit et me rassure.

 

Tous les éléments composant ce jardin ne se laissent pas perturber par les assauts de la nature parfois déchainée. Forts, solides, tous demeurent debout sans flancher.

 

Dans ce jardin où tout est vert, mais aux dizaines de verts différents ; chaque plante, chaque arbre, a son vert bien à lui, sa teinte particulière.

 

Cela m’inspire que nous sommes tous pareils, mais chacun avec sa différence, avec son ton.

Chacun exprime sa spécificité tout en étant partie intégrante de la même communauté.

 

L’harmonie, la complémentarité, l’unicité qui participent à la même finalité de la nature.

 

Texte composé collectivement par :

Louise Brownrigg (Montréal)

Danielle L’Heureux (St-Calixte)

Nicole Choinière ( ?)

Nathalie Lussier (Cowansville)

Claude Neveu (Ste-Julienne)

Le Jardin alpin

 

Le bonheur de s’aventurer sur un plateau alpin…

 

Le sol rocailleux permet quand même aux fleurs de grandir au fil des saisons pour embellir le paysage. La pureté de l’air relève l’âme à la réflexion, à la méditation.

À travers les grands rochers durs et arides, l’Olivier règne en Monarque près des moutons, des chèvres de montagne ou d’autres quadrupèdes grimpeurs.

Seules les plantes les plus audacieuses s’épanouissent, jusqu’à maturité, comme si la nature était sans limites.

 

La beauté de la nature nous présente différents tableaux à partir de sa base la plus rudimentaire.

 

L’arrêt au jardin alpin vaut le détour pour apprécier toute la beauté qui s’en dégage.

 

Les montagnes n’existent que par la volonté des hommes d’en atteindre le sommet.

Mais, faut-il d’abord y aller pas à pas pour en apprécier toute la richesse.

 

 

Texte collectif écrit par :

                                     Normand Themens, St-Sauveur

                                     Reine St-Louis, St-Sauveur

                                     Francine Pinard, Ste-Julie

                                     Francine Prégent, Laval

                                     Suzanne Gratton, Orléans, Ontario

                                     Rita Bilodeau, St-Calixte

Jardin des Graminées

 

 Un petit papillon blanc a guidé mes pas dans le jardin des graminées, où j’ai ressenti une atmosphère paisible.

 

 Le silence et le vent dansant dans les gerbes de blé m’ont ramené dans les champs de mon grand-père.

 Des champs dorés à perte de vue!

 

 Bien que me sentant essoufflée par la vie, j’y ai retrouvé une sensation de bien-être et de paix intérieure qui  m’enveloppait le cœur, l’âme et l’esprit.

 

 Je suis fière que comme une graminée, je plie sous les bourrasques de la vie, sans me briser.

 J’ai su me relever et devenir plus forte et demeurer résistante aux intempéries que la vie me réserve.

 

 Aujourd’hui, ce jardin est mon refuge.

 J’y retrouve mon calme par la méditation où je surveille du coin de l’œil mon petit papillon blanc.

 

 

Texte composé collectivement par :

Monique Brunet (Saint-Polycarpe)

Jeanine Chrétien (Orléans)

Marie Robichaud (?)

Johanne Trucotte (Saint-Jérôme)

Ainsi que Myriam et Mélina, les petites filles de Johanne Turcotte.

 

Texte lu par Brigitte Plumet-Fraha

Jardin d’ombre en forêt.

 

C’est un moment de bonheur  apaisant et bienfaisant.

Une merveilleuse oasis de paix et d’amour.

 

C’est un gage de bonheur qui n’est pas encore touché par les intempéries de la vie. Je prends une parcelle de cette découverte qui me grandit et m’amène vers d’autres horizons remplis de grâce.

 

C’est à la croisée des sentiers que l’ange à la trompette interrompt ma réflexion : « Va vers la droite et la chance te sourira. Vers la gauche, l’émerveillement t’habitera jusqu’à la fin de ton temps. »

 

Comme toujours, je choisis l’émerveillement de la découverte; le sentier de gauche s’illumine soudainement, le soleil vient de percer le plafond de feuillage du magnifique jardin, pour m’indiquer la route du retour vers ma vie.

 

Adieu, cher jardin d’ombre en forêt.

Merci, je te serai toujours reconnaissante de cette merveilleuse lumière qui guidera mes pas sur le chemin de l’émerveillement!

 

 

 

Texte composé collectivement par :

Pauline Gazaille (Pincourt)

Denise Sabourin (Joliette)

Annette Lebrun (Orléans)

Brigitte Plumet-Farha (Orléans)

Huguette Laurin (Mirabel)* absente de la photo

 

Le Jardin féérique…

 

Toutes les fées se sont données rendez-vous au jardin pour discuter de leur avenir.

 

Les fées féminines et masculines réunissent leur force pour créer une union dans un lieu rempli de nature. Qui sont ces fées enchantées?

 

Est-ce toutes ces bénévoles qui nous accueillent si chaleureusement?

Cette belle initiative inspirée par un groupe de personne soucieuse de conserver et de créer pour les jeunes générations qui suivront.

 

Les jardins d’Angélica, une façon écologique exceptionnelle de réalisation imagée…Un lieu à visiter qui rivalise d’emblée avec les plus beaux jardins qu’on puisse imaginer!

 

Toutes les fées réunies dès le départ poursuivent leur rêve tout en créant des espèces florales, entourées d’arbres et d’arbustes. Ces architectes de la nature façonnent si bien les beautés éblouissantes, ce qui nous invite à revenir compléter notre bagage.

Mais les fées d’Angélica n’ont surtout pas oublié l’enfant qui est en eux et donc elles recréent les splendeurs évoquant leur rêve d’enfants.

Ce désir de transmettre cet amour à autrui en fait des guides intéressants à écouter.

Pour acquérir ce beau coin de nature, les fées ont réuni leurs ressources sous diverses formes.

La dernière fois que j’ai vu une telle féérie, c’est lorsque j’ai été victime d’un AVC et ce …pendant dix jours…J’y ai vu le jardin d’Eden et humé le parfum des fleurs. Est-ce un souvenir bon, ou mauvais ?

Écoute et ressens l’énergie des arbres, la musique des fontaines d’eau et l’amour des fleurs.

Ce sont de vraies fées!

 

 

Texte collectif écrit le 9 septembre 2107 :

                                     Albert Dicaire, Rigaud

                                     Nadine Dufour, Chertsey

                                     Louise Di Cesare, Montréal

                                     René Therrien, Ste-Anne-des-Lacs

                                     

                                   

Jardin des découvertes

 

De tout temps, les découvertes ont amené l’humanité vers une évolution constante. Ce jardin présente en son cœur, une sculpture de l’unité vivement souhaitée entre nos univers disparates.

 

Dominant le paysage du jardin, celle-ci allie silence et vibrations, mouvement et immobilité, rondeur et lignes droites : autant de contrastes qui symbolisent l’harmonie tant recherchée !

 

Les disques de cuivre, sur lesquels, le soleil reluit représentent la lumière apportée par les diverses religions afin de trouver l’unité dans nos différences.

 

Dans le jardin des découvertes nous pouvons nous imaginer avec les sculptures présentes, de vrais explorateurs qui veulent trouver le vrai sens de la vie, le vrai sens des mots repos et clame, qui manquent tellement à l’humanité.

Et ces arbres blessés jusqu’au cœur! Leurs cicatrices m’interpellent et me touchent profondément. Ils ont découvert ici la tranquillité et la sérénité pour assurer leur survie et provoquer leur guérison.

 

Un immense cercle englobant huit figures géométriques ; quatre losanges, quatre triangles, huit mondes, dont le regard des zinnias  pointe vers l’infini auquel nous sommes conviés pour une ultime découverte!

 

Déambuler dans le jardin, observer les oiseaux qui visitent avec grand bonheur les corolles des fleurs, s’imprégner de la beauté tranquille qui se dégage des lieux, tout cela apaise et énergise.

 

Une place où se refaire une santé de l’âme, où relaxer, se refaire une santé de vie, chose que nous sommes portés à oublier, se ressourcer, se calmer et peut-être apprendre à venir en communauté avec la nature.

 

Ce jardin moderne et contemporain, reflète la diversité des symboles, qui tous nous ramènent à un but commun : vivre et répandre l’amour autour de soi.

 

La musique présente partout donne une atmosphère unique à chaque jardin et ajoute à la tranquillité.

 

Texte composé collectivement par :

Nicole Brassard (Montréal)

Janine Breton (Gatineau)

Louise Cousineau ( ?  )

Diane Leclerc (Les Cèdres)

Micheline St-Cyr (Chertsey)

Jardin des menhirs.

 

Pierres silencieuses…

Le passé ? Les êtres chers, un hommage ou quoi ?

 

Que peuvent bien représenter ces pierres précieuses symboliques ?

Déposés par groupe de trois ou quatre pierres sous les pins vibrant au rythme du vent, les menhirs me parlent de durée.

Dans ce jardin intemporel, ces pierres anciennes sont source de paix et de sérénité.

C’est l’origine de la vie, mais où nous mènent-elles ?

 

Surprenantes, inspirantes, de par leurs formes! Mon imagination, ma curiosité  posent des questions ; qu’est-ce que ça peut vouloir dire ?

Force et paix! Elles me font voyager à l’intérieur de moi-même, m’enracinent à la terre. Dans ce jardin rempli de pierres toutes différentes les unes des autres, je me laisse envahir par la paix et la sérénité des lieux, mais aussi le moment.

 

Je sens la force de ces rochers empilés les uns sur les autres et pourtant en équilibre ; ils me ramènent à la Terre Mère, témoins qu’ils sont des générations qui nous ont précédés.

Le langage des pierres se traduit par la tonalité du vent dont on entend le murmure…comme une invitation à découvrir ou redécouvrir notre âme.

 

Était-ce de l’eau, qui submergeait ces pierres?

Combien de siècles ont été formés dans les graphites ?

Et des formes qu’elles ont prises au travers des âges et combien d’âmes et d’êtres ont-elles inspiré ?

 

Quelle est la pierre qui permettra de traverser le temps; le temps d’avant ou celui de l’avenir…ou plutôt de bien profiter pleinement du moment présent ?

Les figures diverses des menhirs symbolisent l’humain, la maison, un lieu sacré invitant à contacter le « Plus Grand que Nous » , ou à honorer la vie de ceux qui ont déjà rejoint cette vie plus vaste.

 

Invincibles aux pires intempéries à travers les siècles, elles se tiennent debout fières, attirent notre regard ébloui. Quel bonheur en ce jardin, d’être les témoins admiratifs de la force de leur nature qui nous rappelle aussi celle des êtres humains !

La douceur des fleurs au côté de la force de ces pierres me rappelle la diversité du monde dans lequel nous vivons.

 

 

Texte composé collectivement par :

 Paulette Trucotte (Laval)

Michelle Desaulniers (Laval)

Yvette Richard (Laval)

Madeleine Michaud (Boisbriand)

Claire Bibeau (Sainte-Julie)

 

Le Jardin anglais

 

« Les personnages que nous sommes c’est un jardin, et notre volonté le cultive. »  *William Shakespeare 

 

Moi, le jardin anglais m’a fait revoir plusieurs photos de personnalités connues. Les figurines m’impressionnent avec leurs originalités; leur simplicité colorée et lumineuse.

 

L’harmonie n’y est pas. Tout est pêle-mêle comme dans notre vie; il y a des hauts et des bas, les fleurs, la nature, la température

Oh la la!

 

Pour toutes les fleurs que je vois et les photos de ceux que je vois, cela m’inspire à continuer à écrire ma vie pour qu’un jour mes

proches me déposent quelques fleurs à leur tour.

 

Parmi ce mélange on y voit distinctement chaque variété, chaque plant prend la place qu’il lui faut, la beauté de la nature est présente.

L’histoire de nos ancêtres et les fées imaginaires nourrissent bien notre imaginaire.

 

Les emplois précaires ont permis de donner de l’ouvrage et les personnes ont pu rentrer en contact avec la nature.

Voilà notre jardin anglais.

 

 

 

Note : Le jardin anglais avait cette particularité de nous présenter en plus d’une panoplie de fleurs élégantes, avec des tableaux et des photos nous rappelant une partie de l’histoire de nos ancêtres d’origine anglaise.

 

Texte composé collectivement par :

Line Audette (St-Calixte)

Gisèle Boucher (Gatineau)

Claude Gagnon ( ?  )

Louise Foucault (Les Cèdres)

Marie-Antoinette Audette (St-Calixte)*Marie-Antoinette est la maman de Line, elle est atteinte de la maladie d’Alzheimer : elle n’a pas participé à l’écriture, mais il semble que cette journée dans les jardins lui apporta un peu de bonheur et quelques sourires…

Jardin Zen

 

Le mouvement est dans la longévité, la longévité est dans la paix; telle, est la zénitude, je crois, fermement en cet état d’âme qui nous porte et emporte vers d’autres voies.

 

 

 Je suis dans le jardin zen, il fait bon et Bouddha m’inspire. Je laisse pénétrer en moi l’inspiration.

 

Le clapotis de la petite chute, la brise du début de septembre, le chant des oiseaux, quoique ce soit la corneille, la mélodie des criquets (grillons), la beauté des nénuphars blancs et roses : que cet endroit est justement appelé !

 

Le nénuphar est le soleil des eaux mouvantes de ce merveilleux jardin zen. La musique douce s’enchaine avec le bruit de l’eau et nous apaise. Je sens en moi venir un intense bonheur de plénitude et d’ivresse, la beauté de la nature si présente est un réconfort pour mon corps et mon âme.

 

La brise du jardin coule en mon esprit comme une rivière calme et un doux chant à mon âme. Rechercher ces moments bénéfiques, s’imposer ces moments de silence, des temps pour soi-même, voilà,le moyen de retrouver ou de vivre le bonheur.

 

Que ce clame, ressenti aujourd’hui, puisse m’habiter très souvent et longtemps. Que je puisse y accéder aux moments opportuns, surtout lorsque je me sens submergée ou que la vie me propose plusieurs défis simultanés.

 

Quoi demander de plus en ces temps si incertains, car il faut l’admettre ces moments de réflexion intérieurs nous amènent à penser qu’il est temps d’agir afin de préserver cette si belle nature.

 

Les chants, les fleurs, l’eau qui glisse sur les pierres et coulent vers les poissons qui se nourrissent de la nature généreuse, comble ma tranquillité.

Ce décor aux couleurs vertes de fauve, le rose et le jaune des fleurs font une peinture remplie de clame, et nous fait apprécié la belle vue de cette nature paisible.

Le Bouddha verse ses larmes, dans le cours d’eau, en espérant qu’on découvre sa splendeur. Le Grand Héron lance ses cris sous cette musique d’eau pour nous rappeler sa présence dans cette eau qui miroite sous nos yeux accompagnant les papillons blancs qui l’encourage.

Il ne manque que les grenouilles, où sont-elles ? Peut-être les verrons-nous à la brunante, et elles s’éclateront par leur voix de bombarde.

 

Suis-je loin de chez-moi ? Suis-je encore au Canada ? Étrange, qu’un simple décor enchanteur, une musique originale, un silence bienfaiteur me transporte si loin où tout n’est que sérénité…

 

Je reviendrai te visiter, jolie Angélica Fleurie. Afin de parcourir tes jardins à nouveau et revenir vers ce beau jardin zen.

 

Merci d’exister. 

Je suis plume de gratitude…

 

Texte composé collectivement par :

Jeanne D’arc Lapointe (Hawksbury)

Ginette Bernard St-Pierre (Laval)

Michel Perrotte (St-Sauveur)

Claudette Robert (St-Sauveur)

Joanne Charlebois (Les Cèdres)

Noëlla Lacelle (Embrun)

Le Kiosque d’observation

 

Sous un parapluie de glycines à la couleur inconnue, je me laisse imprégner de cette douce chaleur automnale. Loin de la ville, mes sens s’éveillent, j’observe, je sens, je touche, j’écoute et je goûte la zénitude.

 

Pavillon d’observation est un endroit où nous nous retrouvons. Paix, quiétudes sont des éléments que je retrouve.

 

Parmi la végétation luxuriante, du bois travaillé par la main de l’homme. Kiosque qui me rappelle un souvenir musical d’enfance. Trois bancs de parc, est-ce qu’on ne change de banc quelques fois tout au long d’une vie et puis, il y a de grosses roches solides et des rocs qui m’inspirent la force, la résilience

 

Et si la beauté pouvait changer le monde! (Dostoïevski)

La beauté du site, le clame, le silence, ici m’envoûte et m’inspire. Je sens vibrer en moi la paix de l’âme.

Qu’il fait bon vivre au son des oiseaux, sous la tonnelle de glycine, dont l’ombrage nous tient doucement à l’abri du soleil sans toutefois le cacher. Bien être du corps, de l’esprit et de l’âme en un mot de mon être, vivant dans la plénitude de l’amour…

 

Dans ce coin des jardins les éléments de la nature me rejoignent. L’eau que j’entends couler lave mon esprit.

L’odeur des parfums qui se dégagent me titille le nez.

L’air tantôt frais et chaud enveloppe mon corps.

Nous sommes ensemble à goûter ce bonheur de bien-être.

 

Merci à la vie aujourd’hui.

 

 

Texte composé collectivement par :

Isabelle de Fontenay (Chertsey)

Nicole Dozoi (Ste-Julie)

Lise Rainville (Varennes)

Johanne Légaré (Brossard)

Et... Voilà ! À l'année prochaine.

*D'autres photos se retrouveront sous peu dans les pages de vos régions respectives.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now