La rencontre du coronavirus avec les humains

 

    Je me suis souvent surprise à rêver combien il serait reposant que la terre s’arrête de tourner, au moins un jour, afin de s'entendre respirer, afin de mieux travailler, et surtout, afin de penser à se reposer. 

    

  Eh bien voilà qu'un bon matin, les uns après les autres jusqu’à la planète tout entière, on se retrouve confinés en quelques semaines dans nos maisons respectives. Imperceptiblement, sans faire de bruit Covid décide de voyager. Il choisit l'être humain comme véhicule. Il fait le tour de la terre, sème son venin et sans cesse frappe à grand coup et, à lui seul, réussit à stopper la course folle des humains. 

    Mon rêve se concrétise et je n'en suis pas surprise. Par contre, je souhaitais que tout s'arrête UN seul jour mais, à ce que je vois, UN jour ce n'était pas assez pour que les humains réalisent qu'ils couraient dans la mauvaise direction. Nous en sommes maintenant à plus de cinq semaines et Covid juge bon de poursuivre. 

    Je m'émerveille tout de même en constatant la force qui réside dans l'invisibilité de ce minuscule virus, plus puissant que tous les chefs d'états réunis, plus fort que la plus grande des armées. Il est plus organisé que tous les gros EGOS de la terre. Il réussit seul à rassembler les grands scientifiques de la planète et à les faire travailler ensemble pour le combattre. À ses yeux, nous sommes tous égaux. Il ne fait aucune différence de continents, ne fait pas attention à la couleur de la peau. Il connaît toutes les langues, se niche dans le corps des riches sans oublier de visiter les pauvres, il frappe les jeunes et encore plus les personnes âgées. En fait, il n'épargne personne. 

    Covid-19 porte un message imperceptible parce qu'invisible tout comme lui. En continuant la course folle, on risque de ne pas saisir le message. Ce serait dommage de fermer les yeux et le cœur. Avons-nous fini de consommer à outrance, de se faire la guerre pour dominer l'autre, de vouloir posséder toujours plus que ce dont nous avons besoin, d'user de pouvoir, de diviser nos sociétés par groupe d'âges, de cacher la vérité pour gagner le vedettariat?  Enfin, faire toujours plus pour mériter d'être aimé ou encore se laisser dicter pour mieux performer et plus encore exercer à outrance une certaine concurrence afin d'être inscrits dans la liste des records, etc.

    Je reconnais la pertinence de la venue de Covid-19. Il est porteur d'une mission possible. Cette pandémie nous interpelle tous. Pour garantir le changement souhaité, nous sommes invités personnellement à s'engager. Nous avons le devoir de réviser nos comportements, nos désirs les plus profonds. Se transformer pour mieux vivre. Ainsi, arriverons-nous à rendre le monde plus beau et plus agréable.

    La force et la puissance du coronavirus demeurent dans l'invisibilité. Ne savons-nous pas que les perles de ce monde naissent bien cachées dans l'huître, que les grands personnages de ce monde travaillent souvent dans l'ombre, que la vraie beauté d'une personne se traduit davantage par sa manière d'être plutôt que sa manière de faire ou d'avoir?

     Tout comme Covid-19, levons-nous debout, dressons-nous en force. Force qui prend racine en chacun de nous, celle qui nous aide à vivre en verticalité plutôt qu'en horizontalité, horizontalité qui favorise la comparaison, la guerre, la compétition etc... Ensemble devenons avec fierté de vrais humains qui aimeront   la vie et la respecteront  en tout temps et en tous lieux. Ne cherchons pas de coupables et continuons d'encourager nos dirigeants qui font leur possible pour aider les citoyens du monde entier. 

    Soyons honnêtes et retenons que l'invisibilité et la verticalité sont à respecter pour gagner la présente guerre. 

« L'invisible révèle toujours le visible »

 

Texte de Ruth Tremblay, Saguenay

Publié le 27 mai 2020

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now