top of page

Textes concours d'écriture 2023
« Je fais ou ne fais pas du bénévolat, parce que... »

3e

Je « bénévole »

Je l’avoue, je le confesse, je le reconnais, mais je ne m’en excuse pas : oui, je « bénévole » et depuis longtemps. Je ne me vante pas de voler « bien », ou de « bien » voler. Je ne suis un pas criminel.

En fait, je ne suis ni mieux ni pire que quiconque. Mais je vole. 

Je « bénévole » du « bien » du « beau » et du bon. Ne prenez pas ces mots pour des qualificatifs, ce sont des substantifs, des mots qui ont de la substance. Je vais à l’essentiel. Je vole l’essence de la vie, ce qui donne à la vie sa saveur et sa valeur : le « bien », le « beau » et le bon.

*****

Les sourires, l’entraide, le soutien, l’accompagnement, les menus travaux, ces gestes me font autant de « bien » qu’ils en font aux personnes pour qui je les pose. 

Ainsi je vole du « bien » aux autres, je « bénévole » du « bien ».

*****

Lorsque les gens que je côtoie relèvent la tête, sourient, manifestent leur satisfaction, disent se sentir « mieux qu’avant » à mon contact, ils deviennent lumineux et « beaux ». Ce « beau » m’embellit aussi, car je rayonne de joie. Je suis satisfait de moi-même et fier d’avoir été utile. Une lumière nouvelle m’éclaire et me montre le chemin.   

Pourquoi ne pas admettre que je vole du « beau » aux autres, je « bénévole » du « beau ». 

*****

Entrer en contact avec des personnes dans le besoin, quelle que soit la nature de celui-ci, cela est juste et bon, salutaire et raisonnable. 

Il est dans la nature de l’être humain d’aller vers ses semblables, de leur parler, de les toucher, de les aider, de contribuer à leur « bien-être ». Cela est aussi « bon » et agréable pour les autres qu’il l’est pour moi.

On conviendra que si cela est « bon », c’est que je « bénévole » du « bon ». 

*****

Je n’ai pas de scrupule à « bénévoler » de la sorte, car cette conduite est partagée par de nombreuses personnes, toutes plus altruistes les unes que les autres.  

S’il fallait me poursuivre, m’interpeller, m’arrêter, m’accuser, me juger, il faudrait faire subir le même sort à beaucoup de gens, à toutes ces personnes qui œuvrent dans les organismes communautaires, dans les associations, dans les paroisses, dans des clubs sociaux de toutes sortes et qui « bénévolent » autant que moi. 

Pour sanctionner le bénévolat, il faudrait aussi des plaignants, et d’abord un règlement, un décret, un code, une loi qui prescrive la pratique du bénévolat. Au nom de quoi aurait-on formulé un tel interdit ? 

Finalement et malgré que le bénévolat se pratique dans de nombreux endroits, sa mise en cause bénéficierait d’un non-lieu. 

*****

Que nous « bénévolions » ne peut être mis en doute. Les preuves sont nombreuses, multiples, éloquentes. 

Mais qui se plaindrait d’un tel commerce dont on dit qu’il est équitable puisque chacune des parties en retire des bénéfices. Prenons l’exemple de notre association pour illustrer ce point de vue. 

Il n’est pas difficile de reconnaître que le travail bénévole de nos animatrices et animateurs, de nos officiers et de nos collaborateurs, leur procure du « bien », du « beau » et du « bon ».

On a qu’à voir leurs sourires.  

Et que serait la fidélité de nos membres sans les personnes qui animent nos ateliers avec rigueur et constance ? Quel temps nous leur prenons, pendant qu’ils nous « bénévolent » de leur générosité, de leur attention, de leur soutien !

Que serait aussi l’intérêt de nos membres sans l’immense travail silencieux qui se cache derrière le maintien de notre secrétariat, la tenue de nos finances, le journal l’Olivier, le site Web, la page Facebook, l’infolettre, la bibliothèque, l’organisation des activités et événements spéciaux, le contact avec les membres, la révision des programmes, la présidence du conseil ? 

Le bénévolat n’a pas de prix. Il n’est pas gratuit pour autant. Le bénévolat se transige en sympathie, en chaleur humaine, en disponibilité. 

Autant que la parole et le sourire, le bénévolat nous distingue de tous les êtres de la création en manifestant notre humanité.   

Texte de André Gervais, alias...le Bénévoleur, Laval

bottom of page