top of page

Textes concours d'écriture 2023

« Je fais ou ne fais pas du bénévolat, parce que... »

«Je fais du bénévolat parce que…»

    

Au premier abord, ce sujet m’apparaît plutôt aride et j’ai l’impression que ma réponse sera un tant soit peu desséchée. Je sens le besoin de recréer une atmosphère désertique afin d’observer l’évolution du semis que vous avez introduit dans mon esprit par le présent sujet : «Je fais du bénévolat parce que…»

Me représenter «petite graine de vie» m’apparaît inspirant. En réexplorant mon vécu, cette fois-ci, avec en tête le volontariat, je réalise qu’il ne ressemble en rien à un désert!

À mon insu se sont entrelacées des minutes, voire des heures d’implication gratuite ici et là à travers ma vie d’adulte, sur le marché du travail. Maintenant, adulte vraiment retraitée, c’est plus consciemment que «je fais du bénévolat». J’emploie l’expression «vraiment retraitée», car, après vingt-sept années d’enseignement aux adultes et au primaire, j’ai pris une première retraite puis, pour ajouter au plaisir, je suis retournée enseigner dix autres années à temps partiel cette fois-ci en francisation. J’ai pris une deuxième retraite pour ensuite m’investir bénévolement en francisation auprès d’enfants à problème social.

 

Ce pan de ma vie m’a nourrie amplement et, inversement, j’ai semé abondamment ne serait-ce qu’en ajoutant plusieurs heures de classe non rémunérées afin d’aider des enfants en difficulté, en fabriquant des costumes pour une chorale dont mes enfants faisaient partie ou en organisant des activités extra-scolaires. J’ai également participé bénévolement au journal de ma région en y rédigeant une chronique tous les mois, ceci durant douze ans. En outre, je me suis impliquée dans différents conseils d’administration et j’en passe. Peut-être que le moment est bien choisi de me poser «votre» question et d’en faire «mienne»!

Tout bien considéré, ma petite graine de vie est tombée dans une terre fertile et durant toutes ces années, malgré quelques saisons plus difficiles, il est clair que le soleil et l’eau ne lui ont pas manqué. Résultat, mon développement mental et social s’est graduellement développé. La minuscule graine n’a pas eu peur de se mouiller, de se défaire de son enveloppe, pour finalement produire une plante prête à étendre ses racines.

 

Comme toute bonne terre doit se reposer périodiquement, j’ai régénéré le sol entourant ma plante en prenant une petite pause. Puis, ressentant toujours une urgence de produire, à l’automne 2022, j’ai amorcé un départ au Centre d’Action Bénévole de mon milieu. À la cadence d’un ou de deux après-midis semaine, je cuisine pour l’épicerie du Centre et pour la popote roulante. À l’occasion, je fais du remplacement à l’accueil ainsi qu’au dépannage alimentaire, ce qui alimente ardemment mon besoin d’apprendre et de côtoyer des personnes authentiques, ce qui me stimule. Du travail de terrain comme j’aime en faire! De l’aide concrète apportée à des gens dans le besoin! Cette expérience humaine nourrit mon âme et me sort d’un isolement qui pourrait être envisagé n’ayant pas investi suffisamment dans mes amitiés lorsque je travaillais. Dans cet ordre d’idée, faire du bénévolat a représenté et représente toujours une merveilleuse occasion de rencontrer de nouvelles personnes, d’échanger sur différents sujets et de partager nos connaissances personnelles.

En rentrant chez moi, après mes heures de bénévolat, je mentirais si je disais qu’il reste de l’énergie à la petite dame de soixante-quinze ans que je suis. En fait, je suis complètement vannée! Mais inversement, la fatigue ressentie me dynamise. Je la nomme «ma belle fatigue». Je songe au travail accompli et j’en retire une immense satisfaction. Je suis heureuse d’avoir donné avec le sourire et ceux que je reçois en retour me procurent un plaisir impossible à acheter.

Par son implication, ma petite graine de vie apporte à sa communauté de quoi nourrir d’autres graines de vie. Qui sait? Peut-être qu’un jour ces nouvelles pousses auront-elles le désir de produire à leur tour? De faire bénéficier à d’autres un peu de ce dont elles ont reçu? Petit grain va loin! Je suis certaine que cet investissement de mon humble personne contribue à enrichir mon milieu. Je fais partie de la cohorte des bénévoles des années 2020 et tous ensemble nous contribuons à enrichir la société par notre apport gratuit, qu’importe le domaine dans lequel nous nous investissons.

 

Tout compte fait, 

Si ce n’était de toutes ces petites pousses vertes qui parsèment le sol des villes et des villages, 

Si ce n’était de tous ces minuscules boutons qui surgissent au fil des mois, 

Si ce n’était de ces nombreuses fleurs multicolores qui éclosent jour après jour dans le domaine du bénévolat,

La terre serait vraiment un sentier désert.    

Puisque nous marchons côte à côte sur cette terre, nous nous enrichissons les uns les autres en pratiquant le loisir du bénévolat, quel qu’il soit. Peut-être pouvons-nous imaginer apporter un brin d’humanité par notre contribution joyeuse et généreuse, car la petite graine de vie en chacun de nous jaillit sur son entourage!

Note de l’auteur: Dans le fond, il n’est pas aussi aride que ça votre sujet!

 

Texte de madame Mireille Lessard Labrecque, alias « Graine de vie » de la région de l'Estrie.

Publier, juin 2023

Se donner et être aimé !

 

Obélix est tombé dans la marmite de la potion magique, moi, je suis tombée dans la marmite du bénévolat !

Très jeune, mes parents m’ont initiée à donner… Donner de l’amitié, donner du bonheur, donner de l’amour, donner du temps ! 

Mon premier travail ne se définissait pas en bénévolat, mais avec du recul, je considère qu’il en était un peu !   Le couple voisin de mes parents réunissait les enfants de leurs amis pour leur sortie du samedi soir et me confiait six jeunes enfants pour la soirée et une partie de la nuit. 

Ma mère me faisait toujours la leçon avant de quitter : « Quand les enfants sont couchés, tu ramasses les jouets, tu fais la vaisselle, tu nettoies tout. Ainsi, ils vont t’aimer et vouloir que tu reviennes ». 

J’en mettais du temps à faire la vaisselle, car la p’tite gang avait soupé et tout laissé sur place ! À leur retour, je recevais .25 c par heure de gardiennage. J’étais contente pour les sous amassés, et j’étais heureuse d’avoir été appréciée. Jamais je n’ai vu ça comme de l’abus. Naïveté ? Innocence ? Peut-être… Mais aujourd’hui, je sais que j’aime donner, je préfère même donner que recevoir, c’est probablement ce que je ressentais déjà dans ma jeune jeunesse !!! 

À l’école secondaire, j’étais de tous les comités et de toutes les organisations. J’adorais l’école, je réussissais très bien, et je crois que ces implications me rendaient la vie étudiante encore plus enrichissante et attrayante. À travers toutes ces activités, je me sentais valorisée et intéressante, et surtout, je me sentais aimée !

 Tout en m’occupant de ma petite famille, je trouvais le temps de m’impliquer dans beaucoup d’organismes qui faisaient partie de nos vies : loisirs municipaux, comité d’école, de musique, de patinage artistique, de hockey… Après réflexion, je me demande si je ne compensais pas le manque de reconnaissance familiale (sans méchanceté !) par ces activités qui me faisaient sentir, encore une fois, importante et aimée. 

 

À la mi-quarantaine, j’ai changé de métier et j’ai réalisé un rêve qui était celui d’accueillir de jeunes enfants de la DPJ. La charge de travail est grande pour la rémunération qui en découle. C’est donc sous une certaine forme de bénévolat que j’ai œuvré avec mes petits et grands blessés pendant de nombreuses années.

Avec mes petits protégés, mes loisirs se limitaient au bénévolat dans les différents milieux qu’ils fréquentaient. Je donnais donc du temps à la garderie, à  l’école et dans les différentes activités qu’ils pratiquaient.

Ils ont vieilli et je me suis jointe à la Société Canadienne du Cancer dans le cadre du Relais pour la vie. Durant plusieurs années, j’ai été très intense dans ce projet et j’y ai consacré un nombre incalculable d’heures tellement je croyais à la cause. 

 J’y ai même intégré mes jeunes en leur confiant différentes tâches et, ainsi, je les ai sensibilisés à la maladie et au bénévolat. Ils ont appris le don de soi, la bienveillance, la compassion. Ils ont développé différentes compétences et ils ont gagné en confiance et en autonomie.

Je me questionne sur une réaction de ma part. Un jour, j’ai aidé un proche en prenant en charge son restaurant pendant quelques semaines, mon frère, propriétaire, venait de s’effondrer. Tout allait super bien et je gérais la place comme une professionnelle. La cuisine, les employés, le service, je m’amusais dans ces tâches que j’apprivoisais et, je l’avoue sans prétention, je réussissais très bien ! 

Le jour où il a décidé de m’octroyer un salaire, j’ai perdu tous mes moyens, j’avais l’impression de ne plus savoir quoi faire et je finissais mes journées dans un état d’épuisement total. Je n’étais jamais satisfaite, j’ai perdu ma bonne humeur, mon enthousiasme et mes performances étaient nuls ! J’ai vite donné ma démission, je ne croyais plus en mes capacités.

Un jour, j’ai été invité au fabuleux gala de la Chambre de Commerce de la Ville où j’habitais. Accompagnée de ma famille, je fus heureuse d’assister à cette belle soirée ou je fus reconnue pour mon bénévolat dans diverses activités. J’ai reçu des éloges, félicitations, plaque souvenir et des fleurs. J’ai dû prendre la parole afin de remercier pour cette reconnaissance qui m’était attribuée. Je l’ai fait et j’étais heureuse d’avoir enfin l’occasion de remercier publiquement ma famille et tous mes proches.

C’est à eux que reviennent toutes les louanges qui m’étaient adressées. Eh oui… Faire du bénévolat pour une bénévole-née, c’est vital, c’est facile, c’est plein de moments heureux, c’est son choix, sa façon d’être. Vivre avec une telle personne c’est un peu vivre en eaux troubles : on les implique dans toutes les organisations pour lesquelles on s’affaire et on ne leur laisse pas vraiment le choix !   On aime tellement ce que l’on prépare que l’on pense que tout le monde est d’accord !

 J’ai fait vivre des situations cocasses à mes enfants sans même leur demander leur avis. Je me rappelle encore du carnaval que j’organisais pour mon village. Une duchesse n’avait pas de prince consort et c’était important. J’ai supplié (pour ne pas dire exigé) mon fils aîné de me rendre ce service ! Un ado de 16 ans, qui se doit de vendre du chocolat pour aider la fille qu’il ne connait même pas… Il me parle encore de son expérience, de l’habit que je lui ai fait porter le soir du bal et combien il était mal à l’aise !!! 

Ma gang a monté et démonté des salles de conférence, de partys, de carnaval, de rencontres, de spectacles de tous genres ! Ils ont vendu des billets, distribué des affiches, attendu des fins de soirée, installé des décorations, écouté mes discours, enduré mon stress et mes doutes la veille de certaines activités !

Les instants de ma vie partagés en bénévolat sont des instants de grand bonheur. J’ai rencontré des gens de cœur avec qui il était facile de rêver. Rêver de nouveaux projets, de grands défis, de réussite, sans contrainte, sans barrière, aucune obligation, juste celle de faire plaisir, de réconforter et de créer des divertissements pour l’entourage.

  J’ai eu droit à de la reconnaissance, à des amitiés sincères, à des partages de pleurs, de rires, de peur face à de gros défis et d’euphorie dans de belles réussites.

Comme je l’ai mentionné, à mon premier travail ma mère m’avait dit « ils vont t’aimer » !

 Merci maman, grâce à tes enseignements, toute ma vie, j’ai baigné dans l’amour !

 

 Texte de madame Michelle St-Louis, "alias Moie", Laurentide

Publier, août 2023

Je « bénévole »

Je l’avoue, je le confesse, je le reconnais, mais je ne m’en excuse pas : oui, je « bénévole » et depuis longtemps. Je ne me vante pas de voler « bien », ou de « bien » voler. Je ne suis un pas criminel. En fait, je ne suis ni mieux ni pire que quiconque. Mais je vole. 

Je « bénévole » du « bien » du « beau » et du bon. Ne prenez pas ces mots pour des qualificatifs, ce sont des substantifs, des mots qui ont de la substance. Je vais à l’essentiel. Je vole l’essence de la vie, ce qui donne à la vie sa saveur et sa valeur : le « bien », le « beau » et le bon.

*****

Les sourires, l’entraide, le soutien, l’accompagnement, les menus travaux, ces gestes me font autant de « bien » qu’ils en font aux personnes pour qui je les pose. 

Ainsi je vole du « bien » aux autres, je « bénévole » du « bien ».

*****

Lorsque les gens que je côtoie relèvent la tête, sourient, manifestent leur satisfaction, disent se sentir « mieux qu’avant » à mon contact, ils deviennent lumineux et « beaux ». Ce « beau » m’embellit aussi, car je rayonne de joie. Je suis satisfait de moi-même et fier d’avoir été utile. Une lumière nouvelle m’éclaire et me montre le chemin.   

Pourquoi ne pas admettre que je vole du « beau » aux autres, je « bénévole » du « beau ». 

*****

Entrer en contact avec des personnes dans le besoin, quelle que soit la nature de celui-ci, cela est juste et bon, salutaire et raisonnable. 

Il est dans la nature de l’être humain d’aller vers ses semblables, de leur parler, de les toucher, de les aider, de contribuer à leur « bien-être ». Cela est aussi « bon » et agréable pour les autres qu’il l’est pour moi.

On conviendra que si cela est « bon », c’est que je « bénévole » du « bon ». 

*****

Je n’ai pas de scrupule à « bénévoler » de la sorte, car cette conduite est partagée par de nombreuses personnes, toutes plus altruistes les unes que les autres.  

S’il fallait me poursuivre, m’interpeller, m’arrêter, m’accuser, me juger, il faudrait faire subir le même sort à beaucoup de gens, à toutes ces personnes qui œuvrent dans les organismes communautaires, dans les associations, dans les paroisses, dans des clubs sociaux de toutes sortes et qui « bénévolent » autant que moi. 

Pour sanctionner le bénévolat, il faudrait aussi des plaignants, et d’abord un règlement, un décret, un code, une loi qui prescrive la pratique du bénévolat. Au nom de quoi aurait-on formulé un tel interdit ? 

Finalement et malgré que le bénévolat se pratique dans de nombreux endroits, sa mise en cause bénéficierait d’un non-lieu. 

*****

Que nous « bénévolions » ne peut être mis en doute. Les preuves sont nombreuses, multiples, éloquentes. 

Mais qui se plaindrait d’un tel commerce dont on dit qu’il est équitable puisque chacune des parties en retire des bénéfices. Prenons l’exemple de notre association pour illustrer ce point de vue. 

Il n’est pas difficile de reconnaître que le travail bénévole de nos animatrices et animateurs, de nos officiers et de nos collaborateurs, leur procure du « bien », du « beau » et du « bon ». On a qu’à voir leurs sourires.  

Et que serait la fidélité de nos membres sans les personnes qui animent nos ateliers avec rigueur et constance ? Quel temps nous leur prenons, pendant qu’ils nous « bénévolent » de leur générosité, de leur attention, de leur soutien !

Que serait aussi l’intérêt de nos membres sans l’immense travail silencieux qui se cache derrière le maintien de notre secrétariat, la tenue de nos finances, le journal l’Olivier, le site Web, la page Facebook, l’infolettre, la bibliothèque, l’organisation des activités et événements spéciaux, le contact avec les membres, la révision des programmes, la présidence du conseil ? 

Le bénévolat n’a pas de prix. Il n’est pas gratuit pour autant. Le bénévolat se transige en sympathie, en chaleur humaine, en disponibilité. 

Autant que la parole et le sourire, le bénévolat nous distingue de tous les êtres de la création en manifestant notre humanité.   

Texte de André Gervais, alias...lbénévoleur, Laval

Publier septembre 2023

Le bénévolat

Le mot bénévolat signifie implication.

Selon sa définition, il s’agit d’accomplir un travail sans obligation et sans rémunération. Choisir une cause qui fait du bien, qui nous tient à cœur, que l’on aime, un don de soi. Une occasion unique d’enrichissement, de générosité, de partage.

Une initiative qui stimule notre vie personnelle et sociale, un exemple tangible d’entraide.  

N’est-ce pas là les motifs qui suscitent un engagement ? Offrir des petites douceurs, de l’accompagnement, représente des exemples de bonté et de charité envers notre entourage.

Agir en tant que bénévole… une action prise en toute liberté dans le but d’apporter une contribution valorisante essentielle.  

Suite à ces remarques, je confirme mon appartenance au bénévolat. Le besoin de me rendre utile, de contribuer au bien-être d’autrui, ne serait-ce que dans une limite de temps selon certaines éventualités, m’incite à persévérer envers un tel mouvement cordial et primordial.  

Plusieurs organismes existent dans le but de former des bénévoles et leur venir en aide selon leurs compétences et leurs talents. Le champ d’activités s’avère diversifié. Sélectionner un domaine en particulier exige de bien se renseigner pour mieux s’acquitter des tâches à exécuter. 

Pour ma part et à la suite de l’analyse de mes aspirations, je n’hésite pas à me lancer dans un projet qui me passionne et qui me stimule. Je prends d’abord conscience de la panoplie de programmes offerts au sein de différents secteurs communautaires. Je débute ma recherche pour déterminer le milieu dans lequel je veux œuvrer et participer activement.  

Serait-ce le sport, les loisirs, la culture, la santé, la défense des droits et de l’environnement, l’aide sociale, l’humanitaire ou bien l’éducation ? Après révision de mes expériences antérieures, je crois posséder des affinités fondamentales et indispensables en harmonie avec la sphère pédagogique.

Le respect, la politesse, l’honnêteté, la discrétion, la discipline, le discernement ne représentent qu’une faible fraction des particularités essentielles qui mènent au succès et à la réussite.

La formation et la motivation obtenue au cours des ans en tant que conseillère, lectrice, tutrice et accompagnatrice, facilitent l’écoute, le partage et concourent au développement de la société à laquelle j’appartiens. Véhiculer mes acquis grâce au bénévolat revivifie mon enthousiasme et mon dynamisme. Puisque l’éducation m’intéresse vivement, je désire inculquer l’importance de la lecture et de l’écriture, sources créatrices et révélatrices.  

Tout d’abord, en tant qu’étudiante au niveau secondaire, je me souviens de la demande d’une éducatrice, qui m’invite à donner des cours d’anglais à des élèves qui démontrent de la difficulté dans cette matière.  

Mes notes scolaires reflètent mon taux de compréhension dans cette discipline. On m’offre d’accompagner mes copines de classe, ravies de ma disponibilité et de ma discrétion, dans un local à l’abri des regards fureteurs pour les aider à maîtriser leur crainte d’essuyer un échec à l’examen final. Une première expérience inoubliable et positive à titre de bénévole… un regain de confiance, une estime de soi, un espoir en l’avenir qui s’annonce intéressant et prometteur.

Je dois avouer que mon cheminement professionnel me conduit vers d’autres occupations indemnisées à la fois passionnantes et édifiantes au cours des ans.

 Je m’implique à nouveau comme bénévole dans une école primaire à la recherche d’une lectrice en bibliothèque. Ce programme s’adresse aux enfants en maternelle jusqu’en troisième année.

Conçue durant l’heure de lunch, cette activité animée comprend la découverte du monde des livres. Encore une fois, un élargissement du savoir et de la pensée.  

Une autre occasion de bénévolat se présente. Tutrice et accompagnatrice au primaire pour les élèves en difficulté d’apprentissage, d’attention et de compréhension.  

Établir des liens étroits et discrets avec des jeunes qui nécessitent un appui tant académique que psychologique.

Au sein du bénévolat en éducation, je saisis l’importance d’écouter, de partager, de conseiller, de joindre l’utile à l’agréable. En tant que bénévole, je considère ce portail phénoménal représentatif d’une perle précieuse qui prend de la valeur au fil des ans. Une nouvelle aventure à contempler. 

Texte de Micheline Manswell, Laval

Publié décembre 2023

Faire la différence

 

Si la question ne s’est jamais posée pour moi, je crois que c’est parce que j’ai été influencée par ma famille élargie dans laquelle (depuis ma tendre enfance), il y a toujours eu beaucoup d’entraide chaque fois qu’un de ses membres vivait un coup dur et même, souvent, juste pour le plaisir. Il m’est toujours apparu que c’était une chose normale. 

 

La première fois que j’ai fait du bénévolat hors famille, c’était dans un cadre politique. En 1970, pendant mon congé de maternité, qui coïncidait avec la crise d’Octobre, j’ai pris conscience que le Québec était une société distincte qui n’avait pas tous les pouvoirs nécessaires à son plein développement et je suis devenue souverainiste. J’ai pris ma carte de membre du Parti Québécois et j’ai offert mes services à l’Association du comté de Lévis en tant que bénévole, espérant ainsi aider la cause. J’ai fait du travail de secrétariat, du porte-à-porte pour vendre des cartes de membre, assisté à des assemblées de cuisine, participé aux campagnes de financement, aux campagnes électorales, etc.  

Je faisais ce travail le soir, car j’avais un jeune bébé qui avait besoin de moi et c’est son papa qui le gardait le soir.

Après quelques années, le Parti Québécois du comté de Lévis m’a demandé de prendre la relève du registraire (personne qui s’occupe de l’inscription et de la tenue du registre des membres du comté de Lévis) lui qui quittait ce poste pour relever d’autres défis. Il n’y avait alors, pas encore d’ordinateurs. Le registre se tenait manuellement avec des cartes 4 X 6 (en double), un fichier en ordre alphabétique et un fichier pour chacune des 8 municipalités du comté. J’en ai passé des soirées à classer des cartes et à répondre aux demandes des bénévoles qui voulaient savoir si telle ou telle personne était membre.   Les listes informatisées sont arrivées plus tard. Après 9 ou 10 ans, j’ai passé la main à un autre registraire, mais j’ai continué à faire du bénévolat pour le Parti Québécois, pendant près de 20 ans en tout.

 

Un autre épisode de bénévolat m’a beaucoup marquée. J’avais pris ma retraite en 1999. En 

2000, la direction de l’École primaire Notre-Dame-d’Etchemin de Saint-Romuald (ma ville de résidence) a lancé un programme qui s’adressait aux élèves en difficultés de 4e et 5e du primaire pour lesquels il existait une possibilité de décrochage.  

Ce programme s’appelait les « DÉCROCHEURS D’ÉTOILES ». Les décrocheurs étant les aidants et les étoiles, les enfants. L’annonce en avait été faite dans le journal local et j’ai décidé de m’impliquer.   Pour ces enfants qui ne l’avaient pas eu facile, il s’agissait autant d’une aide aux devoirs, d’apprentissage à la lecture, de socialisation, etc., selon le cas. Les rencontres auraient lieu après l’école deux fois par semaine.

On m’a informée que mon élève s’appelait Alex Dulac. J’ai pensé : un petit gars qui a besoin d’aide. Parfait. À la première rencontre, j‘ai bien vu que mon jeune Alex était plutôt une jeune Alex. Parfait pour moi aussi. 

Alex, c’était une fillette de 10 ans, plutôt jolie, un petit peu rondelette, cheveux blonds, yeux bleus, lunettes épaisses, tête basse, sourire absent. Elle n’avait vraisemblablement pas envie d’être là. Je lui ai expliqué qu’elle et moi allions surtout travailler la lecture puisque c’était son point faible, très faible même.   Elle voulait plutôt faire des mathématiques, car elle aimait ça et avait de bons résultats. Doucement, mais fermement, je lui ai dit qu’elle n’avait pas le choix, que la direction l’avait bien prévenue du travail à faire et que nous avions toutes deux signé un engagement en ce sens. Je lui ai dit qu’elle aurait besoin de bien savoir lire, peu importe le métier qu’elle choisirait.

 

On a donc fait de la lecture à toutes nos rencontres. Au début, j’ai procédé comme je l’avais fait avec mes enfants ; je cachais le mot en ne révélant que la première syllabe et en glissant mon doigt vers la droite pour la syllabe suivante. Ça a pris du temps, mais ça a fonctionné.

Je sentais qu’un lien de confiance serait nécessaire entre elle et moi. J’ai beaucoup parlé avec elle et ça semblait être une récompense après le cours. Elle a fini par me faire confiance et me raconter comment ça se passait chez elle. Sa mère (analphabète fonctionnelle et sa grand-mère ; analphabète tout court) lui disait qu’elle était poche et tous les qualitatifs synonymes. Et Alex les croyait. Elle était triste et n’avait pas d’amis. Je lui ai souvent répété : « ne laisse personne te dire que tu n’es bonne à rien » ce n’est pas vrai, tu es en voie de savoir lire et tu es excellente en mathématiques. Et aussi : « souris, Alex, tu es bien plus jolie lorsque tu souris et ça va t’aider à te faire des amis. ». Et elle me croyait.  

Eh bien, à force de sourire, à la fin de l’année, elle avait deux amies et commençait à relever la tête. Pour la récompenser, je l’amenais manger au Mc Do, ou je l’amenais chez moi puisqu’elle aimait jouer avec notre chat. Je crois qu’elle a senti l’affection que j’avais pour elle. Un jour leur enseignante a demandé dans un devoir : « nommez une chose qui vous rend heureuse »… elle a écrit : quand madame Blais vient me faire travailler. La directrice m’a dit que ce qui lui avait été aussi bénéfique que l’aide à la lecture, c’est l’estime d’elle-même qu’elle a développée.

En 2005, j’ai déménagé à Montréal et je n’ai plus eu de ses nouvelles.  

En 2020, j’ai reçu un message sur mon Facebook (Suzanne Normand Blais) me demandant si j’étais la madame Suzanne Blais du programme Décrocheurs d’Étoiles. Quelle surprise ! Je lui ai répondu sur le champ que j’étais bien celle-là.   Nous avons jasé, elle m’a remercié et ma dit : « aujourd’hui, je suis ambulancière ». 

Wow, on ne fait pas du bénévolat pour une récompense, mais, ÇA, c’était la cerise sur le « Sunday », un beau cadeau de la vie. J’ai senti que j’avais fait une différence dans sa vie.

Texte de Suzanne Normand

Publié janvier 2024

bottom of page